Blog
Les rouages du lien entre ESG (Environnement, Social, Gouvernance) et RSE en finance

22 minutes
Risques et Diversification d'Investissement
Partager cette page

Qu'est-ce que l'ESG et la RSE : définition et différences

définitions initiales : esg et rse

Au coeur des préoccupations économiques actuelles, on trouve les concepts d'ESG et de RSE, porteurs de changements profonds dans le monde de la finance. L'ESG, acronyme pour Environnement, Social et Gouvernance, représente les trois axes principaux d'évaluation de la durabilité et de l'impact éthique des entreprises. D'un autre côté, la RSE, ou Responsabilité Sociale des Entreprises, s'articule autour de la contribution des entreprises au développement durable, incluant à la fois des aspects sociaux et environnementaux, mais s'orientant également vers les bonnes pratiques internes et le bien-être des employés.

Du fait de leurs intersections, RSE et ESG sont parfois confondus, mais ils ne sont pas synonymes. La RSE se focalise sur l'impact de l'entreprise en interne et en externe, tandis que l'ESG évalue plus globalement une entreprise à travers des critères précis, utilisés notamment par les investisseurs pour orienter leurs décisions d'investissement. Cette nuance est particulièrement importante pour comprendre l'impact et les opportunités des investissements responsables.

une différenciation cruciale pour les investisseurs

Les entreprises qui mettent en place des pratiques de RSE peuvent améliorer leur notation ESG, une métrique de plus en plus scrutée par des investisseurs soucieux de l'impact de leurs placements. Alors que la RSE s'attache à la politique et à la stratégie globales de l'entreprise concernant le développement durable, les critères ESG quant à eux sont souvent appréciés par le biais de notations attribuées par des agences spécialisées, et influencent ainsi le choix des investisseurs cherchant des placements alliant rentabilité et responsabilité.

Les investisseurs utilisent donc les critères ESG pour évaluer le risque et le potentiel de performance de leurs investissements car ils peuvent affecter significativement les résultats financiers d’une entreprise. Un score ESG élevé peut indiquer une meilleure résilience face aux risques environnementaux, sociaux et de gouvernance et peut ainsi devenir un facteur déterminant dans les décisions d'investissement. La notion d'ESG est donc intimement liée à celle de l'investissement durable et responsable.

Les critères ESG, une évaluation devenant norme en finance

Critères ESG : une nouvelle référence pour les investisseurs

Les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) s'imposent progressivement dans le monde de la finance comme un standard pour évaluer les risques et les opportunités liés aux pratiques durables des entreprises. Ces critères permettent d'analyser en profondeur l'impact des entreprises sur la société et l'environnement, ainsi que la qualité de leur gouvernance.

D'après les statistiques de la Global Sustainable Investment Alliance, la gestion d"actifs tenant compte des critères ESG a augmenté de 34% entre 2016 et 2018. Cette tendance illustre l'importance croissante accordée à l'investissement responsable chez les professionnels de finance.

Un nombre grandissant d'investisseurs intègrent les critères ESG dans leurs décisions. Selon le rapport publié par le Forum pour l'Investissement Responsable (FIR) en 2020, 85% des investisseurs institutionnels français prennent désormais en compte les critères ESG dans leur processus d'investissement.

La normativité croissante des évaluations ESG

La mise en place d'une normativité autour des critères ESG provient en partie de leur intégration dans les réglementations financières. La Directive sur la publication d'informations non financières (DPEF) en Europe exige des entreprises qu'elles publient des informations relatives à l'environnement, aux affaires sociales et à la gouvernance. Le règlement européen sur la divulgation des informations relatives à la durabilité dans le secteur des services financiers (SFDR) renforce également cette tendance.

Implications pour les entreprises et les investisseurs

Pour les entreprises, l'adoption de critères ESG peut signifier une optimisation des ressources et une réduction des risques liés à leur activité. Pour les investisseurs, elle favorise la sélection de sociétés susceptibles de réaliser de meilleures performances sur le long terme tout en posant des jalons pour une économie plus verte et équitable.

Le cas des fonds indiciels ESG illustre cette dynamique. Ces produits financiers, qui répliquent les performances d'indices composés uniquement d'entreprises respectant des critères ESG, connaissent une popularité croissante. Par exemple, le MSCI World ESG Leaders Index affiche une croissance remarquable en écho à l'appétit pour des investissements alignés sur des valeurs de durabilité.

En termes de gouvernance d'entreprise, les pratiques ESG se reflètent dans une meilleure gestion des risques et une transparence accrue, des facteurs favorisant la confiance des investisseurs.

L'engouement pour l'investissement diversifié et responsable conduit donc à une profonde transformation des critères de sélection mis en œuvre par les acteurs financiers.

La RSE en entreprise : pratiques courantes et reporting

Initiatives et mesures RSE au sein des entreprises

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) repose sur des engagements volontaires au-delà des obligations légales. Ces initiatives visent à intégrer des préoccupations sociales, environnementales et économiques dans les opérations d'une entreprise et dans ses interactions avec les parties prenantes. L'environnement de travail, les relations avec les fournisseurs, la gestion des ressources naturelles et la contribution à la société sont des domaines clés.

La formalisation du reporting RSE

Dans le sillage des exigences croissantes des parties prenantes, la formalisation du reporting RSE est devenue primordiale. Les entreprises sont encouragées à publier des rapports de développement durable, qui couvrent souvent la portée et l'impact de leurs actions RSE. Les directives de la Commission européenne et les principes de l'ISO 26000 sur la responsabilité sociétale suggèrent un cadre pour ce reporting.

Exemples de réussite et meilleures pratiques

Des entreprises leaders montrent la voie avec des pratiques RSE innovantes et efficaces. Par exemple, certaines sociétés ont mis en place des politiques de recyclage avancées ou des initiatives pour l'inclusion et la diversité. La transparence est améliorée lorsque les entreprises partagent ouvertement leurs progrès et défis RSE, favorisant ainsi une plus grande confiance des consommateurs et des investisseurs.

La pression des investisseurs sur la performance RSE

Les investisseurs exercent une pression croissante sur les entreprises pour qu'elles adoptent des pratiques RSE robustes, considérant que la performance dans ces domaines peut affecter la performance financière et la réputation. Les pratiques entreprises RSE sont régulièrement examinées lors de décisions d'investissement, notamment en ce qui concerne les fonds socialement responsables.

Le rôle des agences de notation ESG dans l'écosystème financier

La fonction clé des agences de notation ESG

Les agences de notation ESG jouent un rôle fondamental dans l’évaluation des entreprises sur des aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance. Elles permettent aux investisseurs de distinguer les entreprises selon leur performance ESG, en fournissant une analyse détaillée et des scores comparatifs. Des noms reconnus dans ce domaine incluent MSCI, Sustainalytics et Vigeo Eiris. Ces agences mettent à profit des méthodologies variées, mais l’objectif reste le même : éclairer les décisions d’investissement avec des données ESG fiables.

Comment les notations ESG sont-elles établies?

Les agences de notation analysent une multitude de données, telles que les rapports de durabilité, les politiques internes, les pratiques de gouvernance, et même la réputation des entreprises grâce à des analyses de sentiment. Les scores ESG résultants permettent de classer les entreprises sur une échelle de risque et de déterminer leur potentiel développement durable. La transparence est clé, et tout manquement dans le reporting peut se traduire par un score inférieur.

Impact des notations ESG sur l’écosystème financier

L’impact des notations ESG sur le marché financier est significatif. Elles influencent les décisions des investisseurs et peuvent affecter la valeur des actions d’une entreprise. Une bonne notation peut attirer des capitaux, tandis qu’une notation faible peut conduire à des coûts de financement plus élevés. Avec l’accumulation d’études démontrant un lien entre performance ESG et performance financière, les entreprises portent une attention croissante à leur score ESG.

Les limites et les controverses autour des notations ESG

Toutefois, la notation ESG n’est pas exempte de critiques. Des controverses ont émergé concernant la subjectivité potentielle des evaluations, la consistence entre les agences, et la “greenwashing”. Certains experts, comme Philippe Kunter, soulignent la nécessité d’un cadre réglementaire plus strict pour harmoniser les pratiques de notation. En dépit de ces défis, la demande pour des informations ESG précises et fiabilisées continue de croître, rendant le rôle des agences de notation plus crucial que jamais.

Investissement durable : l'essor des fonds ISR et leur gestion

La montée en puissance des fonds ISR

Avec la croissance de la prise de conscience autour des enjeux environnementaux et sociaux, les fonds d'investissement socialement responsable (ISR) connaissent une expansion significative. Ils permettent de concilier performance économique et impact social et environnemental en sélectionnant les entreprises selon des critères éthiques et durables. En effet, selon Novethic, l'encours des fonds ISR français a atteint 461 milliards d'euros fin 2020, signifiant une augmentation de 70% par rapport à l'année précédente.

Les critères de sélection des fonds ISR

Les fonds ISR intègrent des critères écologiques, sociaux et de gouvernance (ESG) pour le choix des investissements. Ils excluent par exemple les entreprises impliquées dans des activités jugées nocives, comme le tabac ou les armes. Les gérants utilisent des analyses poussées pour évaluer les pratiques des entreprises en matière de responsabilité sociale et environnementale avant leur inclusion dans un portefeuille. L'Autorité des Marchés Financiers (AMF) en France impose d'ailleurs aux fonds ISR une transparence sur leur méthodologie de sélection des titres.

Performance des fonds ISR et comparaison avec les fonds traditionnels

Contrairement à une idée reçue, l'investissement ISR n'implique pas de renoncer à la performance. Une étude de Morgan Stanley a démontré que la majorité des fonds durables ont égalé ou surpassé la performance des fonds classiques sur la période 2004-2018. Les fonds ISR peuvent également favoriser la résilience des portefeuilles en cas de crise, en raison de leur focus sur des entreprises bien gérées et soucieuses de leurs impacts sociaux et environnementaux.

Gouvernance des entreprises et critiques des mesures ESG

La gouvernance d'entreprise au cœur des débats sur l'efficacité des mesures ESG

La gouvernance des entreprises est devenue une composante cruciale des critères ESG, étant donné qu'elle influence largement la capacité d'une organisation à agir de manière responsable. Cela inclut des aspects tels que la structure de la direction, la rémunération des dirigeants, les pratiques éthiques, et la gestion des risques. Toutefois, l'efficacité de la gouvernance en tant qu'indicateur ESG et son impact concret ont fait l'objet de critiques.

Les sceptiques argumentent que certains indicateurs de gouvernance sont trop superficiels ou qu'ils ne traduisent pas fidèlement une gestion réellement responsable. Par exemple, un CEO peut avoir un salaire considérablement élevé tout en dirigeant une entreprise avec de solides pratiques environnementales et sociales. De telles discordances peuvent semer la confusion quant à la véritable performance ESG d'une entreprise.

Examen critique des mesures ESG et leur application pratique

Une problématique soulevée par les critiques concerne l'application homogène des standards ESG entre les secteurs et les marchés. Les entreprises opérant dans des industries « traditionnellement polluantes » peuvent être désavantagées par certains critères ESG, malgré des efforts notables pour améliorer leurs pratiques. Ceci soulève la question de l'équité et de la pertinence des mesures ESG.

En parallèle, les détracteurs pointent du doigt le 'greenwashing', pratique par laquelle des entreprises peuvent prétendre à des vertus environnementales qu'elles n'ont pas, afin de ternir leur image. Ce phénomène met en lumière l'importance de la véracité et de l'objectivité des informations ESG fournies au marché.

Prise de décision et influence des mesures ESG sur les performances

Les critères ESG interviennent de manière prépondérante dans les décisions d'investissement, laissant entendre que des bonnes pratiques ESG mèneraient à de meilleures performances financières. Cependant, l'établissement d'un lien de causalité direct reste complexe et sujet à controverses. Des études, comme celle de la Harvard Business Review, suggèrent une corrélation positive entre ESG et performance financière, mais elles précisent aussi que les résultats peuvent varier significativement d'une entreprise à l'autre.

En outre, la question des mesures ESG devient encore plus complexe lorsqu'il s'agit de gouvernance mondiale. Les multinationales sont souvent critiquées pour l'application inégale de leur politique RSE dans les différentes géographies, mettant en évidence les défis liés à la gouvernance transfrontalière et l'adhérence aux principes ESG à l'échelle mondiale.

Études de cas : entreprises exemplaires en matière de RSE et d'ESG

Entreprises modèles en matière de critères ESG

Quand on parle de responsabilité sociale des entreprises (RSE), des noms d'entreprises modèles surgissent par leur démarche proactive et intégrée. Par exemple, Danone est souvent citée pour son engagement sur le front social et environnemental, en étant le premier grand groupe agroalimentaire à adopter le statut d'entreprise à mission. Les engagements pris entraînent des actions concrètes, comme la réduction de l'empreinte carbone et le développement de produits responsables.

Développement durable et performance économique

Le lien entre performance économique et engagement ESG est démontré par des études telles que celle de la Harvard Business School. Ils ont trouvé que les entreprises ayant de fortes performances ESG surperformaient sur le long terme. Cela se traduit par exemple par une meilleure appréciation du marché et une plus grande fidélité des clients, comme le montrent les entreprises du classement annuel RepTrak 100.

Transformation des pratiques de gouvernance

La gouvernance est un autre pilier crucial de l'ESG, les entreprises qui y excellent, telles que Schneider Electric, sont reconnues pour leur transparence et la qualité de leur reporting. La Commission des Nations Unies pour le Commerce et le Développement souligne que la gouvernance joue un rôle déterminant dans le succès d'une stratégie RSE intégrée.

Réduction de l'impact environnemental

En matière d'impact environnemental, certaines entreprises telles que Patagonia vont au-delà des attentes en réparant les produits pour prolonger leur durée de vie. L'étude 'The Business Case for Eco Innovation' montre que ce type de pratiques peut réduire les coûts et améliorer l'image de marque.

Social et impact en société

Au niveau social, des entreprises comme L'Oréal mettent en avant des actions en faveur de l'inclusion et de la diversité. Des rapports, tels que ceux du 'Sustainability Accounting Standards Board', s'accordent à dire que les politiques sociales influencent positivement à la fois le climat interne et la réputation de l'entreprise.

Evolution des législations liées à l'ESG et à la RSE en Europe

Les dernières évolutions législatives en Europe

En matière de réglementation, l'Europe a connu une véritable transformation visant à renforcer l'intégration des critères ESG et de la RSE dans les activités financières. La Directive sur la publication d'informations non financières (DPEF) adoptée en 2014 exige des entreprises de plus de 500 employés qu'elles divulguent des informations relatives à leurs impacts sociaux et environnementaux. Cette directive est un premier pas majeur vers la transparence et la responsabilité sociale des entreprises en Europe.

Une autre initiative majeure est le Plan d'action pour la finance durable de l'Union européenne (UE) de 2018 qui vise à orienter les capitaux vers une économie plus durable. Il met l'accent sur l'établissement de classifications claires, les fameux taxonomies, pour ce qui est considéré comme une activité durable.

La CSRD, un renforcement du cadre réglementaire

La Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD), proposé en 2021, étend les obligations de la DPEF à toutes les entreprises de grande taille, y compris les sociétés non cotées, avec une mise en œuvre prévue à partir de 2023. Cette directive vise une meilleure standardisation des rapports avec l'introduction d'une norme européenne pour les rapports de durabilité et exige des vérifications indépendantes de l'information rapportée.

Un enjeu mondial : les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies

Les Objectifs de développement durable établis par les Nations Unies en 2015 constituent un autre cadre influençant fortement les législations des pays européens autour de l'ESG et la RSE. Les 17 objectifs visent à éradiquer la pauvreté, protéger l'environnement et assurer la prospérité pour tous, et les entreprises, les investisseurs ainsi que les États sont encouragés à aligner leurs stratégies avec ces objectifs.

Impact et controverses de la législation ESG et RSE

Si la législation ESG et RSE a généralement été bien accueillie pour sa capacité à inciter les entreprises à un comportement plus responsable, elle a aussi suscité des controverses. Certains critiques jugent ces réglementations trop contraignantes et craignent qu’elles puissent freiner l'innovation et la compétitivité. D'autres mettent en doute l'efficacité des critères ESG qui seraient soit trop vagues, soit trop complexes à mettre en œuvre correctement sans aboutir à des cas de greenwashing.

Du côté des défenseurs de ces initiatives, il est argumenté que ces mesures ne sont pas seulement bénéfiques d'un point de vue éthique, mais qu'elles permettent également de protéger les investisseurs contre des risques à long terme et de stimuler l'investissement durable.

Conclusion

La législation européenne continue d'évoluer pour intégrer les enjeux socio-environnementaux dans la gestion financière des entreprises. Les acteurs du marché financier doivent rester informés et s'adapter à ces changements légaux pour garantir que leurs pratiques restent alignées à une finance responsable et transparente.